Leone-Morricone : Extraits

1_IMMAGINE_4

Un titre simple pour introduire un duo évident, qui a marqué l’Histoire du cinéma : celui de Sergio Leone, le plus célèbre réalisateur de westerns, et d’Ennio Morricone, compositeurs ayant signé les partitions les plus emblématiques des années 60.

Retour, à travers trois extraits des bandes originales de trois films, sur une collaboration mythique, des thèmes de légende et une atmosphère inimitable.

1965 : Et pour quelques dollars de plus

Si le travail commun des deux hommes a commencé plus tôt avec le premier épisode de la « trilogie du dollar« , c’est le thème récurrent du second film qui a davantage marqué les esprits. Le style ? Plusieurs voix, masculines et puissantes, tonitruantes dans le désert silencieux, nous plongent dans l’ambiance caractéristique des westerns spaghetti. Les personnages sont mutiques, fixes, les gros plans sont interminables – les chanteurs se chargent d’exprimer les émotions qui traversent inévitablement l’esprit de ces hors-la-loi impassibles.

1966 : Le bon, la brute et le truand

Sans doute le plus connu, et le plus vu de tous les westerns italiens. Clint Eastwood et Lee Van Cleef sont de retour, aux côtés d’Eli Wallach, pour ce troisième film géant dans tous les domaines. Trois heures de regards échangés, de duels passionnants, de dilemmes déchirants… et une musique que personne n’a oubliée.

1968 : Il était une fois dans l’Ouest

Monument moins connu dans le panel cinématographique, Il était une fois dans l’Ouest demeure toutefois une légende musicale. Car si les thèmes de Morricone résonnent toujours avec la même efficacité, la musique fait littéralement partie du film, à travers le jeu inquiétant d’un Charles Bronson énigmatique. On l’appelle même « l’Harmonia« . Comment ne pas se mettre en alerte, lorsqu’on entend ces quelques notes… ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *