Le xaphoon, si jeune

Mais qu’est-ce que cette petite baguette aux allures très occidentales, mais inconnue du grand public ?

xaphoon_bamboo_gypsypop_5

On doit le xaphoon à un américain installé sous les cocotiers d’Hawaï, Brian Wittman, qui a voulu un jour faire plaisir à un enfant en fabriquant un instrument de musique à partir d’un morceau de bambou. Il raconte que le son était proprement atroce, mais inspirant, à tel point qu’il décida de réitérer l’expérience, en joignant au bambou une anche de saxophone. Ainsi naquit le bamboo sax, maui xaphoon, pocket sax, autrement dit, le xaphoon que l’on ne connait que peu aujourd’hui.

Et la raison en est fort simple : tous ces événements ont eu lieu dans les années 70. Nous parlons donc d’un instrument qui a tout juste 40 ans ! Wittman fournit d’ailleurs avec chacune de ses créations une notice d’utilisation succincte, qu’il conclut en disant « Le xaphoon est tout jeune, il n’y a donc aucune règle. Jouez-en comme vous voulez – utilisez-le comme une baguette de batterie si ça vous chante. A vous de découvrir tout le potentiel de cette formidable invention !« .

sgn

L’inventeur fabrique toujours aujourd’hui les instruments qu’il vend, dans le même bambou hawaïen original, signés et authentifiés. Toutefois, la demande croissante a incité une entreprise à démarrer la fabrication industrielle de xaphoons en plastique pour satisfaire les milliers de musiciens de par le monde curieux de découvrir cette perle étonnante. Finie l’apparence archaïque, le xaphoon moderne a l’allure d’une petite clarinette.

xaphoon2

L’embouchure du xaphoon est similaire à celle d’une clarinette ou d’un saxophone, mais le souffle nécessaire est bien moindre, grâce à sa taille. De petites expirations suffiront à extraire un son puissant. Néanmoins, l’épaisseur du bec gênera les habitués, puisqu’elle est étudiée pour permettre toutes les variations, et il faut un certain temps d’adaptation pour la dompter et en extraire un son juste et stable.

Et c’est justement son son qui étonne, car s’il a l’allure et la taille d’une flûte, ne le sous-estimez pas ! Son anche de saxophone ténor lui confère une puissance incroyable, qui terrassera sans difficulté l’orchestre le plus énergique. Voyez plutôt :

J’aime particulièrement le xaphoon pour son panel incroyable de sonorités et son aisance aussi bien en solo qu’au sein d’un ensemble. J’ai d’ailleurs écrit un arrangement de la chanson folklorique Hava Nagila (partition) pour un orchestre à vents et un xaphoon soliste, qui a eu beaucoup de succès en représentation.

On peut également imaginer son épanouissement dans un groupe de jazz, où il ne pourrait être plus à sa place. J’ai hâte d’avoir l’occasion de développer toujours plus les capacités de cet instrument fantastique, dont on découvre seulement les possibilités, mises en valeur par son inventeur qui donne aujourd’hui encore des interviews et poste des vidéos explicatives en ligne.