Arabie Saoudite

Lawrence d’Arabie, indétrônable

lawrence-of-arabia1

Lorsqu’on parle de Lawrence d’Arabie, beaucoup feignent de l’avoir vu, d’aucuns crient au chef-d’oeuvre par défaut, d’autres se plaignent de sa longueur (qui n’a pourtant rien à envier aux blockbusters néo-zélandais des années 2000, si vous voyez ce que je veux dire)… quoi qu’il en soit, tout le monde a son opinion sur ce phénomène historique.

Monument parmi les monuments, Lawrence d’Arabie jouit d’une musique sensationnelle qui résonne encore dans toutes les oreilles cinéphiles 52 ans après sa sortie au cinéma. Cette B.O., signée par Maurice Jarre, nous plonge épiquement dans les déserts arabes et accompagne le héros avec une majesté inégalée.

600full-lawrence-of-arabia-screenshotLawrence, c’est d’abord un Peter O’Toole très inspiré, totalement inconnu, qui deviendra avec le succès de ce film une star internationale. C’est aussi un Omar Sharif (que les plus jeunes ne connaîtront que par le Quinté, qu’il a animé pendant plusieurs années sur TF1) trouble, inquiétant et bourru, mais franc et loyal.

L’oeuvre, elle, est un film de 3h35 (équivalent de la version longue des deux premiers Seigneur des Anneaux) qui avait pour l’époque une forme surprenante.

1342902911_lawrence-of-arabia-movie

En premier lieu, une entracte était prévue aux deux tiers du film, et peut encore être retrouvée dans la version DVD, puisqu’elle a été incrustée dans l’image. Le spectateur a donc une pause forcée, qui lui permet de respirer un moment.

En second lieu, les deux parties du film s’ouvrent sur un écran noir de plusieurs minutes, pendant lesquels une suite composée à partir des plus grands thèmes du film plonge le spectateur dans l’univers dans lequel il va évoluer. De grands moments de poésie où le compositeur Maurice Jarre est exclusivement mis en avant.

lawrence_of_arabia_47-1920x1200

Pour vous faire découvrir ce monde fantastique ou vous replonger dans les déserts arabes en la compagnie du capitaine britannique valeureux, je vous propose d’écouter un élément fort de la B.O., l’une de ces fameuses suites délicieuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *