James Horner (1953-2015)

image_james-horner-2013

On l’a appris aujourd’hui : son avion s’est écrasé en Californie. A 61 ans a disparu aujourd’hui une sommité de la musique de film en la personne de James Horner.

Peu connu du cinéphile lambda, Horner a pourtant acquis ses titres de noblesse en composant la bande originale de trois des films de James Cameron – entre autres !

Retour sur trois de ses films les plus illustres, parmi les neuf qui lui auront valu une citation à l’Oscar.

1995 : Braveheart

Réalisé et interprété par Mel Gibson, et ayant fait l’objet d’un précédent article, Braveheart est sans conteste un monument cinématographique et la plus belle oeuvre sur l’Ecosse jamais réalisée.

Pour ce film, James Horner réunit des cornemuses, des fiddles, de lourdes percussions… tout ce qui illustre à merveille la culture et particulièrement la musique celtiques.

1995 : Apollo 13

Parce qu’une nomination pour Braveheart ne lui suffit pas, en 1995, Horner s’en offre une deuxième avec le film Appolo 13 de Ron Howard, dans lequel Tom Hanks, Kevin Bacon et Bill Paxton partent sur la Lune… ou du moins essayent.

Pour les encourager, des cuivres solennels, un thème puissant, souvent copié, jamais égalé. L’Amérique avant qu’on ne lui reproche son patriotisme exacerbé.

1997 : Titanic

Deux ans plus tard, James Horner obtient enfin la fameuse statuette pour la bande originale du film Titanic… et pour sa chanson « My heart will go on« .

Des thèmes éclipsés avec le temps par la chanson de Céline Dion, mais qui demeurent superbes et parfaitement adaptés, rappelant les meilleures heures du compositeur.

 

Huit nominations, deux oscars et près de 125 contributions à l’industrie cinémato-musicale. C’est ce que nous laisse le grand James Horner : une oeuvre riche, éclectique, inspirée par de nombreuses cultures… Adieu, James.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *