Intemporelle Cendrillon

OST-Cinderella

Voilà bien longtemps que plus un article n’était venu peupler ce blog, malgré l’abondance de bons films, et surtout de brillantes bandes originales dans les salles obscures et dans les salons.

Comblons aujourd’hui cette carence en nous intéressant au délicieux Cendrillon, sorti tout récemment, et bien plus intéressant qu’on aurait pu le penser.

Fairy-Godmother-in-Cinderella-2015-Poster-Wallpaper-800x500Les contes associés à Walt Disney transposés en films « live » n’ont jamais été aussi tendance. Ainsi, depuis Il était une fois (parodie musicale encensée), les princesses de chair et d’os envahissent régulièrement les écrans. Les dernières en date ? La belle au bois dormant dans Maléfique, et Cendrillon, Raiponce, le petit chaperon rouge dans Into the Woods.

Le succès est chaque fois retentissant, aussi la nouvelle version de Cendrillon portait-elle à nouveau la promesse de nombreux billets verts pour la firme aux grandes oreilles.

600full-kenneth-branagh

La différence avec les films suscités, c’est le choix du réalisateur. En effet, Disney a cette fois opté non plus pour un faiseur de blockbusters, pas plus pour un esthète patriote, mais pour l’inénarrable Sir Kenneth Branagh, le Shakespearien, le romantique… en somme la personne qu’il fallait ?

Car c’est bien là la qualité principale du film : sa capacité à nous faire rêver, à nous replonger dans l’innocence, la candeur qui caractérisait il y a plus de 60 ans les princesses Disney. Une réécriture fidèle du dessin animé de 1950 et du conte de Perrault qui évite habilement la mièvrerie crainte. A sa place, une immersion inattendue, des émotions maîtrisées et un résultat étonnamment convaincant.

CINDERELLACette immersion réussie, le film la doit à ses deux têtes d’affiche.

Tout d’abord, l’angélique et ingénue Lily James, à gauche, qui a échangé pour un temps les robes fastueuses et le sourire malicieux qu’on lui connaît dans Downton Abbey contre les tenues guère moins élégantes et l’adorable moue d’une Cendrillon parfaite. Ni princesse naïve et impotente, ni féministe moralisatrice, cette nouvelle incarnation du personnage est exactement ce qu’on attendait au XXIème siècle : une relecture contemporaine, pas moderne.

Ensuite, la magistrale Cate Blanchett, qui offre au personnage de la marâtre un charisme dont manquait totalement celui du dessin animé. Odieuse, manipulatrice, majestueusement théâtralisée, la belle-mère de Cendrillon est une sacrée garce, campée par une actrice formidable qui tente à chaque occasion de voler la vedette à l’héroïne. Toutes deux épatantes, c’est un duel de personnalités et un duel de talents qui se joue à chaque scène.

SIRBILLI_P_DOYLEAutre point fort du film : sa musique envahissante, prenante, qui comme dans les Disney de la grande époque, est omniprésente, rayonnante, nous jette littéralement dans cet univers chatoyant.

Cette bande originale est signée Patrick Doyle. Son nom et sa chemise débraillée ne vous disent peut-être pas grand chose, mais l’Ecossais, en plus d’avoir accompagné toute la carrière de Kenneth Branagh, a composé les musiques de Harry Potter 4, Rebelle… bon, d’accord, un catalogue peut-être moins remarquable que ses pairs, mais des partitions joyeuses, empreintes d’une belle identité.

Cendrillon ne déroge pas à la règle. Doyle a, pour l’occasion, composé une véritable symphonie qui évoque à la fois les machinations inquiétantes, les grandes harmonies renaissantes et les envolées majestueuses propres aux contes de fées. Le compositeur s’est éloigné avec soin des mélodies que l’on connait, tout en y faisant ponctuellement référence, pour nous offrir une ode délicieuse.

En bonus, présentes à la fin du générique et en pistes 29 et 30 du disque, les chansons « A dream is a wish your heart makes » et « Bibbidi-Bobbidi-Boo » interprétées respectivement par Lily James et Helena Bonham Carter (sa marraine la fée), clin d’œil amusant illustrant la bonne humeur et la quiétude qui vous habitent à la fin du film.

Je vous laisse sans plus tarder savourer la bande originale complète !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *