7 thèmes pour Harry Potter

Logo_HP

Voilà bientôt 13 ans que le jeune sorcier bien connu a commencé à officier sur les écrans géants, fascinant, émerveillant toute une génération de lecteurs, en même temps qu’il marquait le début d’une nouvelle ère cinématographique.

En concurrence dans ses premières années au box-office avec Le Seigneur des Anneaux, tout jeune, de 10 à 20 ans, trouvait son bonheur au cinéma… et chez lui, en revivant ces aventures par le biais des bande originales fantastiques du divin John Williams (et bien sûr des ersatz qui lui auront succédé).

Retour sur sept morceaux emblématiques de la première trilogie, tous composés par Williams, tous nous remémorant avec nostalgie nos années 2000.

#1 : Double Trouble (HP3 – 2004)

Pour introduire cette série, nous vous proposons un chant choral des élèves de Poudlard, qui vous souhaitent la bienvenue avec fantaisie et ambiance mystérieuse. Frisson garanti pour ces voix venues d’un autre monde…

#2 : The Quidditch Match (HP1 – 2001)

Une fois installé, vous êtes aussitôt convié à un match de Quidditch des plus exaltants. Celui-ci, troublé par les malversations de sorciers mal intentionnés, nous offre toutefois une longue parade de cuivres, soutenus par multitude de bruits surnaturels et d’instruments incongrus.

#3 : Fawkes the Phoenix (HP2 – 2002)

Faites donc la connaissances de Fawkes (« Fumsec » en VF), le phénix du directeur. Il pourrait bien vous sortir de situations délicates, apparu comme par magie, s’enflammant pour vous sauver la vie.

#4 : Buckhead Flight (HP3 – 2004)

Vous voilà chevauchant Buck, l’hippogriffe d’Hagrid, au-dessus du lac sombre du château. Une promenade virevoltante, munie d’un thème qui ne l’est moins !

#5 : Gilderoy Lockhart (HP2 – 2002)

Parce que John Williams/Harry Potter, ce ne sont pas que des cuivres rutilants. Le compositeur le prouve ici en mettant ses cordes à profit pour illustrer le ridicule du professeur éponyme et… déconcertant.

#6 : Harry’s Wondrous World (HP1 – 2001)

Hymne s’il en est du premier volet, qui fit chavirer le spectateur, conquis par cette atmosphère unique, qui demeurera jusqu’à la fin de la saga. Nul besoin de mots, écoutez.

#7 : Hedwige’s Theme

Pour conclure, une version live du thème mondialement connu, leitmotiv dans chaque opus, que chaque musicien né dans les années 90 a forcément joué un jour ou l’autre.

Harry-Potter

Bien sûr, mon intention ici est de louer le travail merveilleux réalisé par John Williams ; mais je ne voudrais omettre les autres compositeurs ayant participé à la saga jusqu’au 7ème épisode.

Patrick Doyle, artiste irlandais discret, a composé pour l’épisode 4 une B.O. tout en finesse, ponctuée de chants (d)étonnants (Do the Hippogriff) et d’hymnes délicieux (Hogwart’s March, Hogwart’s Hymn…).

Nicholas Hooper, lui, a souffert de la qualité discutable des deux films suivants, manquant de se faire un nom dans son domaine. Discret mais efficace, il aura au moins permis de conserver le mysticisme entourant cette saga unique.

Enfin, c’est Alexandre Desplat, compositeur français en constante ascension, qui fut chargé d’orchestrer le dernier film en deux parties… et quelle tâche ! Mais comme ses deux prédécesseurs, il n’aura manqué de citer, au générique et dans sa partition, l’immense (on n’est jamais à court d’adjectifs, sur L’Ouïe Cinéphile) John Williams, dont l’esprit aura donc plané au-dessus des huit films.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *